Activités 2003 :

29 JANVIER 2003  42 participants

Evaluation des risques professionnels

L’objectif était de clarifier les enjeux et la finalité de du décret n°2001-1016 du 5/11/2001 relatif à la retranscription des résultats des risques professionnels sur un document unique.

Sébastien LE METAYER, Ingénieur Prévention de la DRTEFP (Direction Régionale du Travail, de l’Emploi et de la formation Professionnelle) du Languedoc Roussillon a explicité les exigences réglementaires, et. Pascal LAURENT, Directeur Industriel de BLAGDEN PACKAGING, en a illustré la mise en application au sein de son entreprise.

 

19 FEVRIER 2003  35 participants

Prévention des risques – Stratégie et maîtrise des risques

Alexis GUILHOT, ingénieur conseil à la CRAM de Montpellier, est intervenu dans la suite logique de la démarche d’évaluation des risques. Serge DELTOR directeur de l’ARACT Montpellier, a présenté les les services aux entreprises en matière d’améliorations des conditions de travail. Mme Carline VINCENT, ergonome, a témoigné de son expérience.

 

19 MARS 2003  37 participants

Evolution de la législation sur les installations classées après AZF

Les ICPE concernées sont des installations dites SEVESO qui présentent un risque industriel majeur.

Stéphanie ENJOLRAS, consultante QSE de TARGET 9000, a rappelé les circonstances de l’explosion d’AZF à Toulouse et a rappelé les exigences réglementaires en matière d’ICPE, pour finir sur la parution prochaine de la loi sur les Plans de Prévention des Risques Technologiques. Sébastien BOR, responsable de la réglementation à EDF Tricastin, a fait le parallèle pour les Installation Nucléaires de Base(INB) pour lesquelles les exigences étaient déjà très draconiennes. Le Commandant Jean-François ROURE, CSP Nîmes / SDIS 30, a présenté le rôle des sapeurs-pompiers en cas d’accident.

 

16 AVRIL 2003  55 participants.

Le démantèlement d’installations nucléaires, étape incontournable de la vie industrielle.

Loïck MARTIN-DEIDIER , directeur de CEA/VALRHO ; Patrick DEVAUX et David NOLIN

du Département Démantèlement Conduite d’Opérations, ont présenté les enjeux et le programme de démantèlement des installations nucléaires du CEA en France.

 

 

21 MAI 2003  68 participants.

Développement économique du Gard Rhodanien

Patrick Sandevoir, président du Comité pour le développement économique du Gard rhodanien, a présenté l’économie du Gard Rhodanien, territoire en perte d’attractivité malgré ses atouts, à la recherche d’une nouvelle stratégie de développement, et les actions développées par la CCI dans le cadre du développement durable.

Loick Martin-Deidier, directeur du CEA-Valrho, a montré comment , en confortant sa vocation de centre de recherche, le CEA Marcoule contribue au développement économique de la région.

 1) les diapos de l'intervention de Patrick Sandevoir  >>>>>>> <<<<<<<<<<

2) Témoignage de Monsieur Loick Martin-Deidier ; directeur CEA VALRHO 

Marcoule conforte sa vocation de centre de recherche  

Fondateur du centre de Marcoule, au milieu des années 1950, le Commissariat à l’Energie Atomique avait vu sa part relative y diminuer, à la faveur de la filialisation de ses activités de production (création de la Cogéma en 1976). Mais sa croissance a repris, depuis le milieu des années 1980, avec la construction de l’installation ATALANTE dont l’ensemble de laboratoires de chimie en haute activité , aujourd’hui sans équivalent dans le monde .

Pour conforter ses recherches sur le traitement et le recyclage des combustibles sortis des réacteurs nucléaires et sur la gestion des déchets de haute radioactivité (dans le cadre d’une loi votée en décembre 1991), le CEA a regroupé à Marcoule des équipes venues de la région parisienne. Résultat : sur les 3500 salariés permanents du site, il en emploie aujourd’hui près de 1100 dont 85 % de techniciens, chercheurs et ingénieurs.

Et cet élan est appelé à se poursuivre puisque l’organisme public a décidé de faire de Marcoule son centre de référence pour les études de l’aval du cycle : traitement des combustibles usés, assainissement et démantèlement (avec notamment le projet de créer deux nouvelles installations de traitement de déchets, ATENA et ECUME) et surtout référence mondiale pour la recherche et développement dans le domaine des déchets radioactifs. C’est à ce titre qu’a été créé le Centre d’Expertise sur le Conditionnement et l’Entreposage des matières Radioactives (CECER). Sa vocation ? Rassembler en un seul lieu toute la compétence et l’expérience du CEA dans ce domaine. Pôle national, au rayonnement international, le CECER associera un bâtiment d’exposition et de culture scientifique (à l’entrée de Marcoule) à une plate-forme de développement technologique : de nouveaux équipements, halls et laboratoires vont ainsi être aménagés sur le site afin d’accueillir plus d’une centaine de nouveaux salariés permanents (essentiellement spécialisés en chimie et sciences des matériaux), en provenance des sites CEA de Cadarache (Bouches-du-Rhône) et de Pierrelatte (Drôme) ou recrutés selon le besoin.

A ce dispositif, s’ajoute l’amplification d’actions de formation. Le CEA a décidé d’externaliser son antenne de l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN), qui forme déjà, chaque année, plus de 2 000 intervenants de l’industrie nucléaire mais qui est aussi le pivot de la toute jeune Ecole nationale du démantèlement soutenue par tous les industriels du secteur. Son objectif est de former les ingénieurs, chefs de travaux, agents de décontamination et de déconstruction dont auront besoin, demain, les grands chantiers d’assainissement et de démantèlement français et, pourquoi pas, internationaux.

Il est également envisagé de prolonger le rayonnement scientifique de Marcoule en créant un Institut de chimie, au voisinage des deux Bâtiments évoqués précédemment. Sa taille fait encore l’objet d’une réflexion au sein de la communauté scientifique nationale mais son ambition est claire : regrouper, sur le site, les compétences françaises en chimie nucléaire dont la dispersion géographique actuelle constitue un frein important aux recherches selon un constat effectué par l’Académie des sciences. Cet Institut pourrait accueillir en permanence, sur des durées variables (de quelques semaines à quelques années), des dizaines de chercheurs français mais aussi étrangers.

Enfin, le CEA/Marcoule est déjà associé aux recherches naissantes sur les Systèmes nucléaires du futur, conduites dans le cadre du programme international « Génération IV » qui réunit 9 pays autour des Etats-Unis. Son objectif est de concevoir encore plus sûrs, économiques et « durables » (meilleure consommation des ressources, minimisation de l’impact sur l’environnement). Dans ce cadre, le CEA pourrait proposer Marcoule comme lieu d’accueil, dans les années 2015, d’un atelier prototype de retraitement et refabrication des combustibles de ces systèmes d’avenir puis, autour de 2020, d’un réacteur prototype d’une des nouvelles filières étudiées.  

 

11 JUIN 2003  36 participants

Référentiel OHSAS 18001

Ce nouveau référentiel concerne le management de la Sécurité et de la Santé au travail. Raphaël GASSER, auditeur de l’organisme certificateur BSI France (British Standards International) a présenté ce nouveau référentiel et ses exigences, qui, selon lui, ne devrait pas tarder à supplanter la norme de management environnemental pour ce qui est du nombre d’entreprises à l’adopter au niveau mondial. Ce référentiel, soutenu par l’OIT , Organisation Internationale du Travail, est reconnu comme référentiel international, et de nombreux pays en ont fait une norme nationale. Le plus gros essor est en Asie. 

OHSAS 18001 

En savoir plus sur l' OHSAS      

nouveau référentiel

Sécurité et santé au travail  

 

Mercredi 02 JUILLET 2003 , après l’assemblée générale.

« L’ACCREDITATION DES ETABLISSEMENTS DE SANTE » ; 61 participants 

Animée par le docteur Charles ARICH, praticien hospitalier au CHU de Nîmes et visiteur expert de l’ANAES, Agence Nationale d’Accréditation des Etablissements de Santé, Michèle FOND THURIAL, directrice des soins et de la qualité et de Mme Claire Le Guglielminotti, praticien hospitalier et RAQ,  du CHG public de Bagnols sur Cèze.

L’accréditation hospitalière a été créée par l’ordonnance du 24 AVRIL 1996.

Cette procédure d’évaluation des établissements de santé vise « à assurer la sécurité et la qualité des soins donnés aux patients et à promouvoir une politique d’amélioration continue de la qualité au sein des établissements ». Ces démarches qualité en santé sont devenues une obligation légale.

La société civile que nous sommes, patients, citoyens, usagers, clients, contribuables, est très attachée à son système de santé et à l’évaluation des établissements de soins, (voir les enquêtes de classement et palmarès de ces derniers temps).

les institutions ont mis en place L’ANAES , qui a été créée spécialement dans le cadre de la réforme de l’hospitalisation publique et privée.

Nos intervenants nous ont apporté les éclairages pour mieux comprendre la diversité et la complexité des situations. Notamment, le docteur Renaud DUMAY, Membre du comité de pilotage de l'accréditation, nous a présenté toute la procédure d’accréditation de la Polyclinique du Grand sud de Nîmes.

Il est certain que toute la démarche est orientée vers le respect, le plus grand confort et les meilleurs soins dus au patient.

 

24 Septembre 2003 ; 31 participants

« Retour à la nature des anciens sites miniers de COGEMA »

Animée par Philippe CROCHON , de la Direction Technique de la Business Unit Mines de COGEMA.

Alors que les exploitations d’uranium en France ont successivement cessé leur activité, les réserves naturelles en minerai n’étant pas inépuisables, les hommes qui les ont exploitées se sont attachés : à rétablir un équilibre, à aider la nature à reprendre ses droits, à préserver sur le long terme la santé et le bien-être des populations riveraines, dans un environnement de qualité, dans les principes du développement durable : ils les ont réaménagés.

Philippe CROCHON a présenté en quoi consistent ces réaménagements de mines souterraines et à ciel ouvert et des sites industriels associés, la gestion des résidus radioactifs qui en résultent, et les précautions prises pour préserver l’environnement au mieux aujourd’hui et pour les générations futures. Des documents ont été remis.

 

15 Octobre 2003   : plus de  100 participants

« 50 ans d’histoire de Marcoule et destruction de la cheminée symbolique de G1 »

animée par Denis Martin, ex adjoint au directeur de COGEMA Marcoule, Christian Becker du CEA et Jean-Daniel Bernard de COGEMA.

Denis MARTIN est un des ingénieurs ayant travaillé dès les années 55, au début de la création du site de Marcoule. Il est sociétaire de l’Académie de Vaucluse, où il a présenté, avec succès, cette intervention. Il a été adjoint au directeur de COGEMA du centre et nous a fait partagé la passion de son vécu, dans cette grande aventure qu’est l’industrie nucléaire française et particulièrement le démarrage des activités de Marcoule.

Christian BECKER, du CEA, et Jean Daniel BERNARD, de COGEMA, ont été les acteurs principaux, pour les études , la préparation et la réalisation de cette destruction symbolique . Ces études et préparations ont duré plus de 2 ans pour aboutir à une réussite complète, tant sur le plan technique que radiologique.

La destruction de la cheminée symbolique de G1 de Marcoule, en juillet dernier, a marqué la fin d’une époque correspondant à l’installation de ce 1er centre industriel nucléaire français qui a bouleversé complètement le paysage, l’économie et la vie sociale de notre Gard rhodanien.

Les temps changent et Marcoule est actuellement en mutation.

 

19 novembre 2003 :

«  Les démarches qualité dans les métiers de l’assurance et de la banque » ;

 Animée par Christine SORLI, auditeur Qualité de l’AFAQ Antenne du Languedoc Roussillon ; Philippe DOUIS, inspecteur commercial des AGF Assurfinance , pour le Gard et la Lozère ; Michel PERALES, des AGF, service marketing et responsable des partenariats ; et Robert Fourcadet, vice-président de l’URIS LR, pour le secteur Gard Lozère.

Christine Sorli a présenté la norme ISO 9000/2000 avec des exemples d’application dans ce secteur, Philippe Douis et ses collègues ont présenté leur approche d’offre de produit par des Conseillers de Gestion de Patrimoine Certifiés. 

 

..............................

 

Vous noterez...

Une action de représentation d’IQGARHO a eu lieu le 15 Février 2003 à la Journée Métiers Formation organisée conjointement par les lycées et CIO de Bagnols sur Cèze. IQGARHO est partenaire avec les lycées Gérard Philipe et Les Eyrieux dans l’organisation de cette journée pour présenter des métiers et professions aux lycéens. Cette journée a rassemblé près de 7000 personnes dont la plupart des jeunes et mobilisé plus de 55 professionnels sur 157 stands.

Nombreux adhérents ont participé à ces stands. IQGARHO était présent sur son stand avec J.BLACHERE, JF LABOUDIGUE, M.BONNET et G.DEVELLE

xjm-1.jpg (27145 octets) xjm-2.jpg (28126 octets) xjm-3.jpg (26037 octets)  xjm-4.jpg (29073 octets) 

...............................